Haut de la page L'influence de mon père L'amour du Japon Apprendre les bases de la production en tant qu'ingénieur Je ne pouvait pas arrêtez de penser au Japon Je veux contribuer à l'amélioration de l'environnement de vie au Japon! Le PDG aux "yeux bleux" a créé une entreprise au Japon Ce que je veux faire pour améliorer le style de vie au Japon Le concept d'énergie passive Le passif est une tradition japonaise Bas de la page
Contact Passiv Energie Japan

Histoire derrière le "Seseragi"

PDG Doitinger Christian

Bienvenu!
Je suis le développeur du systèmes de ventilation avec récupération d'énergie "Seseragi", Christian Deutinger de l'Allemagne.

"M.Deutinger" est assez long (et difficile en japonais), alor svous pouvez m'appeler simplement "Doi".

Je travaille actuellement sur la production et la vente du système de ventilation sans conduit à récupération d'énergie "Seseragi®" au Japon, où les clients et les collègues sont japonais.

Vous ne connaissez peut-être pas le terme "systèmes de transfert de chaleur", mais dans mon pays, l'Allemagne, les maisons écologiques sont un thème qui progresse rapidement, lesquelles un tel équipement est défini comme une nécessité.
Lorsque vous ouvrez les fenêtres pour avoir de l'air frais, une grande partie de l'énergie créée par le chauffage ou le climatiseurest est perdue. Toutefois, lorsque vous utilisez un système de transfert de chaleur, vous pouvez ventiler tout en minimisant la perte d’énergie.

On me demande souvent "Pourquoi es-tu venu au Japon?" ou "Pourquoi travailles-tu dans ce domaine?" et pour cette raison, j'aimerais vous raconter l'histoire secrète de la naissance du "Seseragi".

L'influence de mon père

Mon père adore les machines et il était mécanicien avant ma naissance.
Il n'aimait pas seulement les machines, mais il se souciait beaucoup des autres. Pour autant que je me souvienne, il réparait les machines à laver de nos voisins gratuitement.

Mon père a ensuite changé de travail pour devenir un mécanicien d’avion dans l’armée de l’air allemande. Quand j'étais enfant et que je visitais la base aérienne pour le voir, il me laisse m'asseoir dans le cockpit.
Je me souviens être excité et de crier: "Je veux piloter l’avion!"

À 11 ans, mon père a agrandi la maison de notre famille.
Nous vivions déjà dans la maison depuis ma naissance, mais il y a ajouté 3 chambres supplémentaires.
J'avais une soeur 9 ans plus jeune et un frère 13 ans plus jeune que moi, donc dans l’attente d’une famille plus grande, mon père a agrandi la maison.
Entre le travail et les vacances, il l’a construit avec quelques-uns de ses amis, pour un total de 5 à 6 personnes, en moins d’un an.
Je n'en ai pas entendu parler au Japon, mais en Allemagne, les gens qui peuvent construire leur maison le font souvent eux-mêmes

J'étais encore petit, alors j'ai aidé avec les tâches simples telles que percer des trous avec une perceuse à percussion, transporter des briques et clouer des clous.
J'ai aussi participé à la création d'un mortier adhésif en mélangeant du sable, du ciment et de l'eau.

Enfin, la maison était terminée.
Une maison spacieuse et fraîche.
Vivre dans la maison que mon père et moi avons construite était génial.

En regardant le jardin, le gazon s’étalait merveilleusement, mais j’ai pensé «il devrait également y avoir un étang ici» et j’ai décidé de le construire.

Lorsque mes parents étaient sortis pendant les vacances d’été, j’en ai profité pour me lancer. Le sol était assez dur et je n’ai pu creuser qu’un trou de 20 cm de profondeur.
Bien que j'ai travaillé dur pendant environ deux semaines, la profondeur est restée la même, seule la surface a augmenté.

Quand mes parents sont rentrés et ont découvert que j'avais creusé un trou dans leur jardin, ils se sont fâchés contre moi et m'ont interdit de creuser d'avantage. mais quand j'ai dit à mon père que je voulais faire un étang, il m'a compris et m'a aidé. Mon père était aussi l’ancien champion de poids et haltères de Bavière et, grâce à sa force, nous avons pu construire un bassin d’environ 160 cm de profondeur.

Même si mon père m'a aidé, ça n'empêche, c'était ma première création,
J'étais vraiment heureux de pouvoir construire un étang par moi-même

Une fois l’étang terminé, j’ai empilés des pierres que j’ai ramassées dans le quartier au coin de l’étang pour faire un petit cascade et je suis allé au lac voisin pour prendre des élodées et des fleurs de lotus pour les planter dans mon propre étang.
Décorer, c'est amusant, mais mon père m'a appris le vrai plaisir de créer.

L'amour du Japon'

Mon père, étant un machine-nerd, aimait les nouvelles machines.

Lorsque j'étais à l'école primaire, mon père a acheté un enregistreur vidéo et une chaîne Hi-Fi fabriqués au Japon .
Attaché, était le manuel d'instructions rédigé en japonais.

Le manuel en japonais était plus épais que celui en allemand.
Bien sûr, je n'en ai rien compris.
C'est à ce moment-là que j'ai pensé:
"Si je peux lire ceci, je peux comprendre plus détail!!"

A cette époque, j'ai eu la chance de regarder une série de films japonais intitulée "Shogun", dans laquelle un étranger tombe amoureux avec la fille du shogun. Quand j'ai vu la fille du shogun, je me suis dit: "Je veux aussi épouser la fille d'un shogun!"
J'ai enregistré "Shogun" avec l'enregistreur de mon père et l'ai regardé encore et encore.

Un jour, je veux aller au Japon.
Le Japon était une sorte d'aspiration pour moi..

Apprendre les bases de la production en tant qu'ingénieur

L'Allemagne et le Japon ont des systèmes d'éducation différents.

De 16 à 19 ans, quand les Japonais allaient au lycée, j'ai suivi une formation en mécanique de précision.
En y repensant, je croix que mon père a joué un rôle déterminant dans mon choix de carrière.
Créer des machines simples n'est pas intéressant, car tout le monde peut le faire, pensai-je et j'ai opté donc pour une ingénierie de haute précision.

La formation a été dispensée selon un double système professionnel (système double).
À part l’Allemagne, il y avait d'autre pays où on n'apprend pas uniquement à l'école, mais on pratiquait dans une entreprise 3 jours par semaine. Les 2 autres jours à l’école, où on apprend les théories et où on développe des connaissances.
Je travaillais chez Siemens pour trois ans: planifier et programmer les machines, utiliser des outils machines, produire des pièces et assembler des pièces, créer et régler de nouvelles machines, réaliser de circuits de commande pour l'électricité, etc. En fabriquant des objets à la main, j'ai appris les bases de l'ingénierie.

Après avoir terminé ma formation, à l’âge de 22 ans, j’ai poursuivi mes études à l’Université technique de Munich, la même que 17 lauréats du prix Nobel ont fréquenté.
À l’université, plutôt que de fabriquer à la main, j’ai appris l’ingénierie de précision et la micro technologie d'un point de vue plus théorique.

Par conséquent, j'ai appris toute une gamme d'aspects sur la technologie de précision; d'une approche universitaire théorique à une expérience pratique de formation professionnelle.

En tant qu'étudiant, je voulais suivre l'exemple de mon père. J'ai donc acheté un terrain à Munich et construit une maison à faible consommation d'énergie.

En 1977, une loi sur l’isolation thermique a été promulguée en Allemagne afin de promouvoir le logement à basse consommation d’énergie et, par la suite, les maisons à faible consommation d'énergie sont devenues la norme.
Ces lois ont été révisées et renforcées à plusieurs reprises, ce qui a permis de créer de plus en plus de maisons écologique.

Bien que je n'en entende pas souvent parler au Japon, il n'est pas rare en Allemagne de construire une maison en tant qu'étudiant.
Deux de mes amis ont également construit une maison pendant leurs études universitaires.
J'ai acheté un terrain vendu par l'Etat de Bavière. Si vous achetez des terres d’une municipalité, vous pouvez obtenir de bons offres abordable même avec le revenu d'un étudiant.
J'ai obtenu un prêt bancaire pour acheter le terrain et les matériaux de construction, mais puisque j'ai le temps et la capacité de construire c’était une décision raisonnable de le faire en tant qu’étudiant.

J'avais une idée vague sur la construction d'une maison, car j’avais aidé mon père et ses amis avant.
J'ai donc commencé par dessiner des dessins techniques pour ma propre maison et, pendant que je cherchais des questions sur la construction dans des livres spécialisés, j'ai essentiellement fait mon propre travail de menuiserie.
Bien sûr, mon père m'a aussi aidé.

J'ai construit une maison avec un grands salons et salle à manger, 2 étages et un sous-sol.
Un garage a été placé au-dessus du sous-sol, un chauffe-eau solaire a été ajouté et j'ai également pris en compte l'isolation.
C'était amusant de construire une maison, mais le design intérieur et le jardinage étaient longs et coûteux..

Bien que ce soit un éloge de soi, je pense que ma maison s’est révélée plus précise que celle que j’avais construite avec mon père.

J'ai vécu dans la maison pendant plusieurs années, mais maintenant je la loue à un ancien collègue, car j'ai déménagé au Japon.

Je ne pouvait pas arrêtez de penser au Japon

Après avoir obtenu mon diplôme universitaire, j’ai trouvé un emploi chez PHILIPS, puis chez Siemens pour assister à d’inspection sur terrain des équipements des semi-conducteurs.
Bien que j'aimais le triathlon, une activité que j'avais commencé à l'âge de 19 ans après avoir terminé ma formation professionnelle, et que j'avais un travail et une vie privée satisfaisants, j'avais toujours la pensée persistante d'aller un jour au Japon.

Quand j'avais 29 ans, je savais que je devais agir si je voulais que quelque chose se passe alors j'ai commencé 2 choses:
D'abord, étudiez le japonais.
J'ai appris le japonais grâce à un cours dans un centre communautaire dans Munich..
Au début, je suivais des cours une fois par semaine, mais les progrès étaient lents et je ne me souvenais plus de rien, alors j’ai décidé de prendre des cours quotidiens.
Grâce à ces cours, que j'ai pris pendant deux ou trois ans, mon japonais est devenu le plus avancé parmi tous les étudiants..

Puis, travailler dans une entreprise japonaise.
J'ai changé de travail et commencé à travailler pour Tokyo Electron.
Bien que j'ai travaillé dans le service client des semi-conducteurs pendant 5 ans, et que j'ai communiqué avec le siège japonais en langue japonaise et que j'ai fait un voyage d’affaires au Japon, je n’ai pas pu travailler dans la branche japonaise.

J’ai donc décidé qu’une société européenne affiliée au Japon offrait de meilleures chances de travailler au Japon, comparé à une société japonaise, j’ai donc changé de travail et commencé à travailler pour la société belge ICOS Vision Systems en tant que spécialiste produit pour les équipements de production de semi-conducteurs. J'ai travaillé dans les succursales allemande et taïwanaise et finalement, la filiale japonaise si désirée.

Mais, juste après être venu au Japon, il a été décidé que la branche japonaise devait être suspendue.

A cette époque, j'avais le choix de retourner en Allemagne ou de rester au Japon et j'ai choisi ce dernier sans hésiter. D'abord, j'ai toujours voulu venir au Japon, mais j'ai aussi remarqué quelque chose d'étrange au Japon...

Je vivais dans un appartement, et quand l'été arrivait, la température de ma pièce était extrêmement chaude et je me demandais: "Pourquoi donc? Le Japon et l'Allemagne devraient avoir à peu près la même température...."

Peu de Japonais le remarquent, mais les maisons japonaises ne bloquent pas le froid ou la chaleur.

En même temps que je me demandais "Pourquoi les Japonais n’améliorent-ils pas leur logement?", j'avais un fort sentiment que je voudrait contribuer à l'amélioration du style de vie au Japon.
Ainsi, la décision de rester a été rapidement prise.

Je veux contribuer à l'amélioration de l'environnement de vie au Japon!

Après des mois de mon arrivée au Japon, la branche locale a été fermée et je me suis retrouvé au chômage.
e voulais rester au Japon, alors j’ai fréquenté une école de langue japonaise tout en cherchant un nouvel emploi.
Je vivais de mes économies accumulées depuis ma venue

Au début, je voulais trouver un emploi, mais de nombreux étudiants d'écoles de langue japonaise souhaitaient s'inscrire dans une université au Japon. Cela a également suscité de l’intérêt pour moi, alors j’ai consulté le consultant en carrières et j’ai cherché sur Internet.

Environ 20 ans d'experience dans l’ingénierie de haute précision et les semi-conducteurs se sont écoulés depuis que j’ai reçu ma formation professionnelle à l’âge de 15 ans. J'avais confiance en mes capacités d'ingénieur, mais il est vrai que j'avais un parti pris pour cela, n'ayant passé tant de temps qu'avec la technologie.

Je voulais essayer des affaires liées aux personnes.
je ne voulais plus travailler pour quelqu'un, mais je voulais lancer mon propre projet.
De plus, jusqu’à présent, j’ai toujours été entouré de machines et d'hommes, alors j’ai voulu un travail où je puisse rencontrer des femmes aussi (haha), alors je me suis concentré sur la recherche d’une école où je pourrais apprendre la gestion d’entreprise.

Pendant que je cherchais diverses choses, j’ai trouvé l’institut de technologie de Shibaura appelée School of Engineering Management (MOT), la première école au Japon, qui se concentre sur la gestion de la technologie.

Pensant que la fusion entre la technologie et de la gestion était le bon choix, j'ai décidé d'y aller

J'ai pris des cours de nuit, alors pendant ce temps, je travaillais pour une société japonaise établie de longue date dans le secteur de la céramique et de la porcelaine.

Ma raison de travailler là-bas était que la société était dirigée par des japonais et non par des étrangers.
Venant enfin au Japon, je voulais connaître la culture d’entreprise japonaise et comme cette entreprise était fondée sous la dynastie ploutocratique Meiji, je pensais que celle-ci avait une histoire profonde et offrait des possibilités de contact personnel.
Dans cette entreprise, nous avons mené le développement des ventes de machines industrielles ainsi que la planification et la vente de nouveaux produits.

Dans mon emploi précédent chez ICOS Vision Systems, bien que je travaillais dans la branche japonaise, j’utilisais principalement l’allemand, c’était donc la première fois que je travaillais dans un environnement exclusivement japonais.
En parlant des Japonais, ils sont accros à leur travail. Véritablement des bourreaux de travail.
J'avais l'impression que les Japonais travaillaient 24 heures sur 24/7, mais une fois arrivé ici, j'avais heureusement tort.

En outre, puisque l'entreprise travaillait avec la céramique et avec l’idée de vouloir améliorer l’environnement résidentiel japonais , J'ai proposé à mon patron de me laisser travailler sur des éléments ceramiques, qui ont devenus un équipement standard dans les écologiques allemandes .
Mais, l'idée était rejeté pour la raison que les équipements d'économie d'énergie ne se vendent pas bien au Japon.

Dans cette entreprise, je ne pouvais pas atteindre mes objectifs.
Je pensais que si personne n'essayait d'améliorer le cadre de vie, alors je devais le faire.

Le PDG aux "yeux bleux" a créé une entreprise au Japon

Avant de venir au Japon, j’étais toujours dans le domaine de la technologie, mais ensuite, je me suis spécialisé en gestion de la technologie et j'ai travaillé dans la planification des activités et des ventes dans une entreprise japonaise.

Avec la volonté d’améliorer l’environnement résidentiel japonais et le fait de ne pas pouvoir le faire dans cette entreprise, J'étais déterminé de consacré tout ce que j'avais appris jusqu'à présent, notamment la technologie, la planification, les affaires et la gestion, lancer ma propre entreprise..

Mais, lorsque je racontais aux gens mon projet de créer une entreprise de maisons écologiques, la plupart étaient fermement contre car ils pensaient que cela ne se vendrait pas bien au Japon.
Néanmoins, le désir d'améliorer l'environnement résidentiel japonais, qui persistait toujours, même après 2.5 ans, ne peut plus être réprimé.

Bien que les gens s’inquiètaient toujours pour moi, J’ai décidé de créer mon entreprise à l’étranger. J'ai quitté mon emploi actuel et j'ai fondé Passiv Energie Japan à l’âge de 37 ans.

Les gens avaient raison au début. Les produits ne se vendaient pas bien du tout. Mais, en participant fréquemment à des expositions et en jouant des comédies musicales japonaise afin de faire de la publicité et de faire des affaires régulièrement, nous avons pu augmenter progressivement le nombre de clients.
Au début, je travaillais seul, mais je pouvais augmenter progressivement le nombre des employés.

Les personnes qui étaient intéressés pour mes systèmes d'isolation et de transfert thermique venaient souvent de régions plus froides, comme Hokkaido ou Tohoku, et par consquent, J'étais souvent au nord du Japon.

Quand le grand tremblement de terre a frappé le Japon le 11 mars 2011, j'étais à Kitami, Hokkaido.
J'étais entrain de prendre un déjeuner tardif dans un restaurant Tonkatsu, la salle entière a soudainement commencé à trembler.
L’Allemagne n’est pas dans une zone sismique, c’était donc ma première exeperience avec un tremblement de terre.

Suite à la catastrophe nucléaire à Fukushima, l'ambassade d'Allemagne et mon père m'ont dit de rentrer, mais j'ai répondu que j'avais des amis et des clients au Japon, que je ne peux pas laisser derrière.
Le temps qui a suivi le séisme a été difficile. Il y a eu une crise à laquelle je ne pouvais pas m'habituer et je n'ai vendu presque aucun produits dans les mois suivants. Lorsque, j’ai vu comment des clients victimes de la catastrophe ont bien essayé malgré tout ce qui s’est passé, j’ai aussi senti responsable de surmonter cette crise.

Au moment de la création de mon entreprise, j'ai importé des systèmes d’échange de chaleur de l’Allemagne et les vendais au Japon. de manière monopolistique.
La vente de ces produits importés s'est avérée difficile, à moins de les rendre plus "user-friendly" et d'améliorer leur qualité. Je voulais offrir de meilleurs produits, donc j'ai développé le "Seseragi.

Même si le développement était une période difficile, développer une machine qui ajouter une fonction de prévention de la condensation qui n'existait pas dans le produit précédent, diminuer le bruit de fonctionnement et augmenter la quantité de ventilation; et le livrer aux clients était une super expérience.

Mon nouveau échangeur de chaleur doit transmettre le message de passer du temps confortablement dans un environnement frais, je voulais que le message soit facilement compris, alors je l’ai nommé "Seseragi", qui est un mot japonais poétique désignant un courant d'eau qui coule doucement.

Les pièces utilisées dans le "Seseragi" sont principalement fabriquées au Japon, à l'exception du ventilateur, l'élément en céramique et le contrôleur, pour des raisons de qualité.

Les fabricants japonais ont une bonne qualité et une rapidité de livraison élevée, et si nous pouvons acheter des pièces au Japon, on est moins sensibles aux fluctuations des taux de change même lorsque le yen s'affaiblira, et depuis On travaillait au Japon, donc on dépense de l’argent pour un fabricant japonais

Ce que je veux faire pour améliorer le style de vie au Japon

Au Japon, lorsqu’on achète une maison, beaucoup de gens ne se préoccupent que de la disposition, de l’apparence et du prix, négliger la chose la plus importante à considérer: la santé des résidents. Il est donc essentiel de prendre en compte les conditions thermiques, la qualité de l'air, le contrôle de l'humidité, ainsi que la prévention de la condensation et des moisissures.
Une bonne ventilation est nécessaire pour améliorer ces fonctions de base.

Dernièrement, l'étanchéité à l'air des maisons a été améliorée, ce qui rend difficile la fuite de la température ambiante, mais d'un autre côté, la pièce a tendance à accumuler de l'humidité, ce qui augmente le risque de condensation et de développement de moisissures.
En outre, lorsque l'étanchéité à l'air est élevée et que les matériaux de construction ou les meubles contiennent des produits chimiques, la concentration de substances chimiques à l'intérieur augmenter, contaminant l'air, ce qui peut nuire à la santé de tous les résidents. J'appelle une telle maison "maison malade".

Au Japon, la loi sur les normes de construction a été révisée afin de réduire la concentration de substances chimiques à l’intérieur des maisons malades et disposer d'un équipement de ventilation est devenu une obligation.
C’est pour cette raison que d’autres sociétés proposent désormais des systèmes d’échange de chaleur, mais elles se concentrent principalement sur les conduits plutôt que sur les systèmes sans conduit.
Lorsque les canaux se salissent, l’air qui circule dans les pièces le devient également. Les systèmes de tuyauterie sont compliqués et ne peuvent pas être nettoyés, donc même s’ils sont correctement installés, les tuyaux s’obstruent avec de la saleté et le système cessera de fonctionner correctement 3 ans après l'installation.
Je ne peux pas croire que vous ne pouvez pas utiliser une machine même si elle est correctement installée.

Vous pouvez également penser que, pour maintenir l’air pur, vous pouvez simplement ouvrir les fenêtres ou utiliser un purificateur d’air.
l’ouverture des fenêtres permet l’entrée de la poussière, des insectes, du pollen et des PM2,5, ou de tout autre élément indésirable. et en plus de cela pose un risque pour la sécurité, car des cambrioleurs ou d’autres personnes suspectes obtiennent un accès plus facile.
C'est pourquoi je ne peux pas recommander l'ouverture des fenêtres pour la ventilation.
De plus, alors que les purificateurs d’air sont pleins de surprises, ils génèrent souvent de l’ozone (O3) pendant leur fonctionnement.
L'ozone non seulement il oxyde le corps humain et accélère ainsi son vieillissement, mais augmente également le risque de cancer.
En ce qui concerne le nettoyage de l'air, je ne peux pas pardonner les effets nocifs que des substances comme l'ozone ont sur la santé et la beauté humaines.

Ce qui me préoccupe le plus, c’est que les ventes bon marché deviennent la norme dans le secteur de l’habitation.

Pour construire une maison à moindre coût, il est nécessaire d’utiliser des matériaux peu coûteux ou de réduire le coût de traitement de ceux qui participent à la construction. Si cela conduit à une construction plus efficace, ce sera peut-être une bonne chose, mais si vous omettez accidentellement une exigence, cela va se retourner contre les résidents.
En conséquence, les maisons deviennent inconfortables et, dans le pire des cas, nuisibles pour les habitants.

Il est facile de changer de cuisine ou de chambre stockage même après avoir construit une maison, mais il est très difficile de changer les performances de base telles que l'environnement thermique, la qualité de l'air, le contrôle de l'humidité, la prévention de la condensation et le contrôle de la moisissure dans la maison
Alors je ne joue pas avec ça.
   Ces fonctions de base affectent immédiatement la santé des personnes.
Le système de ventilation à échange de chaleur «Seseragi» développé par moi peut contribuer à l'amélioration des fonctions de base d'un logement.


Le Japon est un pays leader en technologie et en production.
J'utilise des enregistrements vidéo japonais depuis mon enfance et des produits "made in Japan" donc cela me donne l'impression d'être de bonne qualité.

Quel que soit l'endroit où vous vous rendez dans le monde, vous pouvez obtenir des produits japonais tels que des voitures, l'électroménager, des aliments, etc. mais je n’ai jamais vu de maison de fabrication japonaise en dehors du Japon.
Au Japon, il existe de nombreux "grands constructeurs d'habitations" que tout le monde connaît bien, mais malheureusement, Le logement japonais ne répond pas aux normes mondiales.

L’achat d’une maison est le plus cher des investissements de toute une vie et cela me concerne qu'au Japon, il n’y a que quelques personnes qui font du bon logement une nécessité et que la connaissance et technologies dans ce domaine ne sont pas répandues.

Une maison est un lieu de paix où vous pourrez vous reposer.
Je veux que vous sachiez l'impact de la maison sur les gens et je veux rendre les foyers sûrs et sécurisés plus répandus.

Avant d'acheter une maison - l'investissement le plus cher de votre vie -, veuillez me contactez.         Je suis certain de pouvoir vous aide

Je veux que vous bénéficiez de mon réseau personnel, mes connaissances et mon expérience.!

Ma mission est de transmettre les connaissances appropriées sur le cadre de vie dans tout le Japon. Ce que je veux vous dire à travers le "Seseragi", c'est que je veux que vous viviez dans une bonne maison. J'ai conçu le "Seseragi" afin de transmettre ce sentiment

J'espère qu'on aura de bonnes relations à partir de maintenant.

Qu'est-ce qui est le passif?

Le concept d'énergie passive

On est concerné par l'environnement, et on croit que les humains peuvent coexister avec la nature,   et on travaille dur sur notre objectif de créer une maison très confortable sans nuire à l'environnement.

Le passif est une tradition japonaise

1.Huit millions de dieux

Depuis la nuit des temps, on raconte que le Japon avait 8 millions de dieux partout: dans les montagnes, la mer, les forêts, les rivières, les maisons, le feu, l'eau et la nourriture. Il s’agit d’honorer les dieux pour la récolte, de remercier les agriculteurs pour leurs efforts et de souhaiter une vie paisible.

Si cela est remplacé par de l'énergie, un Joule [J], la plus petite unité, peut être comparé à un grain de riz. Dans la société future, l’utilisation d’énergie active (électricité, gaz, pétrole, etc.) devrait être minimisée, sinon les sources d'énergie naturelles seront épuisées. Si chaque peu d’énergie est traité avec importance et si chaque Joule est soigneusement économisé, une grande quantité d’énergie peut être accumulée, contribuant à la réduction des émissions de CO2, réduction des coûts et une vie confortable, coexistant avec la nature.

Vous pouvez comparer 1 Joule à 1 grain de riz.

Projet de maison

Cela exprime de la gratitude au dieu de l'énergie qui, en prenant soin de cette énergie, récupère chaque Joule avec précaution et le rend utilisable longtemps.

2.Passif c'est prendre soin des choses

Depuis toujours, les Japonais vivaient en harmonie avec la nature dans leur environnement social, valorisant vêtements, nourriture et abri, et les ont réutilisés avec succès.
Jusqu'à la période Edo, c'était une société de recyclage idéale sur le plan environnemental qui utilisait uniquement de l'énergie provenant de la nature, ne produisait pas de déchets et utilisait même l'urine comme engrais.
Cette excellente tradition japonaise a le potentiel de devenir la base d’une société de l’énergie passive qui protège l'environnement global. Il peut s'appuyer sur des technologies environnementales de pointe et faire du Japon le leader mondial en matière d’environnement, attirant toute l’attention internationale

3.Ne laissez pas l'énergie s'échapper!!

Avec les systèmes de climatisation classiques, la température confortable, ainsi que l’énergie utilisée pour faire fonctionner les machines se dissipent lentement vers l'extérieur.
La même chose avec les voitures: l'énergie créée par le moteur est perdue lors de la rupture. Cependant, les voitures hybrides profitent de la pause et la convertissent de nouveau en force.
L’utilisation de l’énergie passive est l’application du principe de la voiture hybride à une maison, en gardant la température de la chambre à un niveau confortable sans dispositif de chauffage et de refroidissement puissant et sans dissiper la température ambiante inutilement. C’est une excellente technologie qui sera désormais le principe de la création un espace de vie confortable avec 10% d'énergie en moins que les maisons classiques.

n autre exemple est une théière comparée à un thermos..
Afin de garder le thé au chaud, les théières doivent être alimentées en continu en énergie. Même avec une efficacité énergétique accrue, la perte de chaleur restera la même et l’effet d’efficacité accrue ne pourra pas être exploité.
Le thermos, par contre, conserve l’énergie initialement insérée pour longtemps. Grâce à la faible perte de chaleur, Il est possible de maintenir une température uniforme même si la source de chaleur était petite.

théière

Une théière utilisant le principe de l'énergie actif

thermos

Un thermos utilisant le principe de l'énergie passif